Hier, petit noël pour les enfants des amis, mômes qui ont plus besoin d’une distribution de câlins et de paroles que de jouets. Le garçon était parti avec ses parents faire la tournée des quartiers pour la récup, on lui apprend tôt à trouver la ferraille, la reconnaitre, la trier parmi le rebut pour la revente. Ils ont maintenant une camionnette, c’est bien mieux. Les filles à la maison. On a parlé, joué, chanté en attendant le retour des parents et du frère. Dîner partagé de sarmale et de gâteau roumain. Ils sont loin d’être les moins bien lotis des familles roms d’ici, dans leur baraque petite mais tranquille, chauffée, sur un terrain au calme. Provisoire, comme tout ce qui les concerne. A cinquante-cinq ans, je n’accepte pas plus les inégalités qu’à vingt. Il doit me manquer une case, refus de la résignation, ce refus de vieillir. Je ressors de ces moments passés ensemble avec au ventre un mélange de tristesse et de rage.

Suivre
Thème : Overlay par Kaira.