Boire la joie aux seins de la nature

Il y a, quelque part dans le bois de Vincennes, comme tombé du ciel et par hasard au milieu d’un bosquet de vieux chênes, une épave de la commande publique. Ce gros bloc au pourtour sculpté d’allégories ailées portant vaillamment le poids imaginaire d’une figure qu’on imagine plus imposante encore, fond lentement sous la pluie tel un gigantesque pain de savon racorni. C’est le socle d’un mausolée dédié à Beethoven que le sculpteur José de Charmoy, laudateur des poètes et de la justice, n’a pas pu terminer : il est mort dans les premiers mois de la grande boucherie de 14-18.

Une photo de 1927 montre l’inauguration du mausolée complet, avec son Beethoven de plâtre allongé à l’Antique. Mais les fonds manquèrent pour faire réaliser le doublon en pierre et les Beaux-Arts reprirent le modèle délité. Reste la curiosité d’un demi-monument posé là du vivant de l’artiste, comme pour s’en débarrasser, et qui sert de repose-fesses aux marcheurs fatigués.

Je l’ai photographié, hier encore. Autour, le bois frétillait, tout gaillard de ce mai pluvieux. Végétation bien verte et touffue, oiseaux ravis, rongeurs filant dans les herbes grasses et les graminées sauvages. Des propriétaires de chiens se retrouvent sur la prairie, bavardent en regardant leurs animaux s’ébattre. Des joggeurs se croisent. Des familles s’arrêtent pour goûter. Les thyrses de marronniers embaument, ça sent bon les plantes après l’averse. Rien à signaler.

Rien. Pas d’ode à la joie en ce jour de manifestation policière malgré la réouverture des bistrots. Il est l’heure de s’enivrer, éternellement. À quoi ça ressemble, le printemps, aux temps préfascistes ? Les bourgeons s’ouvrent, les fleurs éclosent, les chiens gambadent, les petits enfants apprennent à tenir sur un vélo. Mais les médias servent la soupe aux idéologues d’extrême-droite, mais le gouvernement coupable cherche sa survie dans l’autoritarisme, mais les politicienNEs veules se couchent devant les syndicats de flics.

Et les nuages glissent des ombres tourmentées sur les monuments perdus, voués aux grands hommes.

Share with:

Thème : Overlay par Kaira.